L'Information Jeunesse en Hauts-de-France

Thématiques
  • Organisation des études
  • Métiers
  • Emploi, Job et Stage
  • Formation continue
  • Vie Pratique
  • Loisirs, Sports, Vacances
  • Engagement et initiatives
  • Partir à l'étranger
  • Formations
Sous-Thématiques
  • S'informer - S'orienter
  • Scolarités Spécifiques
  • De la sixième au bac
  • Enseignement professionnel et technologique
  • Enseignement supérieur

La contraception désormais gratuite pour les femmes jusqu’à 25 ans

Publié le : 06/01/2022

Depuis le 1er janvier 2022, l’Assurance maladie prend intégralement en charge la contraception des femmes jusqu’à 25 ans. Adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 9 septembre 2021, cette mesure vise à faciliter l’accès aux contraceptifs.

Éviter les IVG

Le gouvernement entend répondre ainsi à un triste constat : la première cause du renoncement des jeunes femmes à la contraception est financière. Parce qu’elles ne peuvent ou ne veulent pas payer une contraception, certaines décident de se passer de contraceptifs. Pourtant, ils sont la meilleure solution pour éviter les grossesses non désirées lorsqu'on est sexuellement actif.

100 % remboursés

Jusqu’à maintenant, le stérilet, l’implant, certaines pilules ainsi que la contraception d’urgence étaient remboursés à hauteur de 65 % par la sécurité sociale. Seuls les mineurs bénéficiaient d’une prise en charge totale de ces moyens de contraception par l’Assurance maladie. Cette gratuité aurait entraîné une baisse du recours à l’interruption volontaire de grossesse de 9,5 % à 6 % chez les 15-18 ans, entre 2012 et 2018. C’est pourquoi le ministère de la Santé a décidé de l’élargir à toutes les femmes de 18 à 25 ans. Passé cet âge, le coût des contraceptifs pris en charge par l’Assurance maladie est remboursé à hauteur de 65 % .

Quels sont les contraceptifs concernés par la gratuité ?

Tous les moyens de contraception ne sont pas pour autant concernés par cette nouvelle mesure. Tous ceux qui n’étaient pas déjà remboursés partiellement par l’assurance restent payants.

Sont désormais totalement gratuits, sans frais d’avance :

  • les pilules hormonales de 1ère et 2ème génération
  • l’implant contraceptif hormonal
  • le stérilet
  • la contraception d’urgence hormonale (appelée “pilule du lendemain”)


Ne sont pas pris en charge entièrement :

  • les préservatifs masculins et féminins
  • les crèmes spermicides
  • les patchs
  • les anneaux vaginaux
  • les pilules de 3ème et 4ème génération

Examens et consultations aussi

L’Assurance maladie prend aussi en charge, depuis le 1er janvier, tout soin lié à la contraception (consultations, examens, pose, changement ou retrait d’un contraceptif) pour les femmes jusqu’à 25 ans. Une consultation annuelle avec un professionnel de santé leur sera également remboursée.

Qui peut prescrire une contraception ?

Seuls les médecins généralistes, les gynécologues, ou les sages-femmes peuvent prescrire une contraception comme la pilule, l’implant, le patch, le stérilet, ou encore l’anneau vaginal.

L’infirmière scolaire n’est pas en mesure de prescrire une contraception régulière, mais elle est habilitée à renouveler les ordonnances de contraceptifs datant de moins d’un an. Elle peut également donner gratuitement la contraception d’urgence à une jeune fille qui aurait eu un rapport sexuel non ou mal protégé.

La conseillère conjugale et familiale est aussi apte à délivrer la pilule du lendemain et dépanner une plaquette de pilules.

Où consulter ?

  • En cabinet : chez son médecin traitant, chez un gynécologue, ou une sage-femme qui travaille en libéral. Ces professionnels de santé peuvent vous recevoir de manière confidentielle.
  • Dans un centre de planification et d’éducation familiale : dans ce lieu de santé, vous pouvez obtenir gratuitement et sans l’accord de vos parents une pilule contraceptive.
  • Dans un SUMPPS, Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion à la Santé.

>> Retrouvez toutes les adresses en Hauts-de-France dans la fiche thématique : “L’information sexuelle”.