L'Information Jeunesse en Hauts-de-France

Thématiques
  • Organisation des études
  • Métiers
  • Emploi, Job et Stage
  • Formation continue
  • Vie Pratique
  • Loisirs, Sports, Vacances
  • Engagement et initiatives
  • Partir à l'étranger
  • Formations
Sous-Thématiques
  • S'informer - S'orienter
  • Scolarités Spécifiques
  • De la sixième au bac
  • Enseignement professionnel et technologique
  • Enseignement supérieur
Internet et réseaux sociaux : les utiliser sans danger

Internet et réseaux sociaux : les utiliser sans danger

Selon une étude annuelle réalisée par le Crédoc, 77 % des français possèdent un smartphone, 76 % un ordinateur et la connexion internet se fait le plus souvent à partir du premier.

Mise à jour le 03/05/2021

Présentation


La protection des données personnelles


Qu’est-ce qu’une donnée personnelle ?

Il s’agit de votre nom, prénom, coordonnées, adresse mail, numéro de votre carte d'identité, votre photo, déposées sur les réseaux sociaux ou lors d’un achat sur internet...

Les données personnelles sont collectées à des fins déterminées, explicites et légitimes.

Vous avez un droit d'accès à vos données et pouvez les rectifier et vous opposer à leur utilisation.


Quelques règles de base pour parer à d’éventuels risques :
  • Utilisez des antivirus et un pare-feu afin de protéger votre ordinateur ou votre téléphone d’attaques extérieures.
  • Mettez régulièrement à jour votre système d'exploitation
  • Evitez de créer des mots de passe trop simples tels que « azerty », « 12345 » ou votre nom et date de naissance, et d’utiliser le même pour tous vos comptes … mélangez des lettres, des majuscules, des chiffres, des caractères spéciaux comme le tiret ou le point, le pourcentage. Et n’utilisez pas le même mot de passe pour vos différents comptes.
  • Ne répondez pas aux mails d’inconnus, qui vous promettent de gagner de l’argent en contrepartie d’un petit investissement de votre part et n’indiquez surtout pas vos coordonnées bancaires.
  • Lorsque vous recevez un mail contenant un lien ou une pièce jointe d’un inconnu ou d’une personne que vous connaissez dont le contenu ne correspond pas à ses habitudes, ne l’ouvrez pas, passez un coup de fil à cette personne pour vous assurer que ce mail provient bien d’elle. Sinon, vous risquez de laisser entrer un virus ou un logiciel espion.
  • Méfiez-vous des mails soi-disant institutionnels vous disant vouloir vous rembourser un trop-perçu et vous demandant d’indiquer vos coordonnées bancaires et code, jamais les véritables sites comme celui du ministère des impôts ne vous demandent toutes ces infos, sachez que les adresses des sites institutionnels se terminent obligatoirement par « @gouv.fr ».
  • Lorsque vous achetez en ligne, assurez-vous que dans la barre d’adresse, vous voyez écrit « https » et un cadenas fermé, garantissant que le site est authentique et sécurisé.
  • Pensez à vous déconnecter quand vous avez fini de consulter vos mails ou les réseaux sociaux, fermer ne suffit pas, ne communiquez pas vos mots de passe.
  • Installez un logiciel de contrôle parental

Quelle est la majorité « numérique » ?

Quinze ans est l’âge légal à partir duquel un mineur peut s’inscrire seul sur les réseaux sociaux (facebook, instagram ou snapchat) et consentir au traitement de ses données personnelles. Entre 13 et 15 ans, les parents doivent donner leur autorisation.

 

Les réseaux sociaux


Peut on tout dire sur internet ?

Si la liberté d'expression est un droit, elle doit aussi répondre à certaines règles. Tout propos discriminatoires, qu'ils portent sur le physique, l'orientation sexuelle, la religion, l'origine sont interdits ainsi que l'appel à la haine, au suicide et à l'apologie de crimes. L'auteur de tels propos peut être retrouvé et lourdement pénalisé.


Utiliser sans risque
  • Indiquez le moins d’informations personnelles possibles sur les réseaux sociaux ou les forums, telles que votre âge, votre adresse, numéro de téléphone et sur un site vos coordonnées bancaires... utilisez un pseudo.
  • Sur Facebook, vous avez la possibilité de limiter la confidentialité de vos publications, soit public soit à vos amis (réels) ou même uniquement à certains de vos amis. Sur twitter, protégez vos messages afin qu’ils ne soient pas disponibles publiquement.
  • Ne mettez pas de photos permettant d’identifier votre domicile ou votre lieu d’études.
  • N’ajoutez des personnes que vous connaissez réellement et si vous chattez avec un inconnu, ne donnez pas d’informations trop personnelles et précises.
  • N’acceptez pas de rendez-vous de quelqu’un que vous ne connaissez que virtuellement. Derrière un profil d’ado peut se cacher une personne mal intentionnée.
  • Evitez d’indiquer, en public, lorsque vous partez en vacances, certaines personnes mal intentionnées sont à l’affût de ces informations pour commettre des cambriolages.

Le cyberharcèlement

Avant l’apparition d’internet, dans les cours de récréation, il y avait presque toujours un « bouc émissaire », c’était celui qui subissait régulièrement les moqueries, les insultes de ses petits copains en raison de son apparence, de la couleur de ses cheveux, de son attitude… cela existe toujours mais peut prendre une autre ampleur à travers les réseaux sociaux, où l’information circule vite et à plus grande échelle. C’est le cyberharcèlement.

A ne pas prendre à la légère, il peut toucher n’importe qui, élèves, collègues, voisins… et aboutir à de graves conséquences, du repli sur soi-même au suicide.
Si vous êtes victime ou témoin direct ou indirect, agissez, alertez la direction de l'établissement scolaire, appelez le service d'accueil des victimes Non au harcèlement au 3020, ou Net Écoute au 0800 200 000

https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

https://www.cybermalveillance.gouv.fr/

www.internet-signalement.gouv.fr plateforme officielle de signalement des contenus illicites sur Internet

Le 3018 nouveau numéro national pour les jeunes victimes de violences numériques
Initié par le Secrétariat d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles et l’Association e-Enfance, le 3018 est le nouveau numéro national pour les jeunes victimes de violences numériques
Gratuit, anonyme et confidentiel, le 3018 est désormais le nouveau numéro court national pour les adolescents, les parents et leurs enfants sur toutes les questions liées aux usages numériques des jeunes. 
Il est accessible par téléphone 6 jours sur 7 de 9h à 20h, sur 3018.fr par Tchat en direct, via Messenger et WhatsApp.

Son équipe, composée de psychologues, juristes et spécialistes des outils numériques, est formée à la protection des mineurs sur Internet et à l’accompagnement des parents dans leur rôle d’éducation : cyber-harcèlement, revenge porn, chantage à la webcam, surexposition aux écrans, jeux vidéo, exposition à des contenus violents & pornographiques, contrôle parental, paramétrage de compte sur les réseaux sociaux ou encore piratage de compte, usurpation d’identité.

Le 3018 intervient à la demande des jeunes victimes ou de leur responsable pour faire supprimer un compte ou un contenu illégal qui leur porteraient préjudice. 
Le 3018 agit immédiatement pour obtenir leur suppression en quelques heures. 

Dans les faits, le 3018 déclenche une procédure de signalement dédiée pour prendre en charge les jeunes victimes de violences numériques. Le 3018 accueille et écoute la victime, l’assiste et la conseille. Le cas échéant, il analyse le compte ou le contenu concerné, le qualifie juridiquement, répertorie les éléments constitutifs. Il réunit un dossier de signalement et le transmet directement au service de modération du réseau social concerné via un canal prioritaire. Sa capacité d’intervention assure ainsi un traitement accéléré des signalements par les réseaux sociaux.

Outre sa mission de signalement, le 3018 accompagne si nécessaire la victime dans ses démarches auprès des autorités compétentes et l’oriente vers les services spécialisés.


Le danger des défis sur les réseaux sociaux

Régulièrement, de nouveaux défis, plus ou moins dangereux, apparaissent sur les réseaux et rencontrent un grand succès auprès des adolescents. Ceux-ci sont à une période de leur vie où ils veulent prouver qu’ils ne sont plus des bébés, ils sont tentés par de nouvelles expériences, et l’un des enjeux de ces défis est d'affirmer son appartenance à un groupe.

On peut citer comme défis :

  • le «Ice Salt challenge» qui consiste à mettre du sel sur la peau et un glaçon, pouvant entraîner des brûlures, inhaler du protoxyte d’azote ou « gaz hilarant »,  
  • le jeu de strangulation pour priver le cerveau d’oxygène afin de provoquer des hallucinations,
  • le «Blue Whale challenge», ou défi de la baleine bleue qui lance une cinquantaine de défis de plus en plus dangereux,  
  • In My Feelings Challenge dans lequel les internautes devaient sortir de leur voiture en marche pour effectuer une danse… le tout filmé et diffusé sur internet.

Si certains sont inoffensifs ou même de nature solidaire ou citoyenne, comme celui consistant à se filmer nettoyant un endroit, d’autres se soldent par de graves conséquences, temporaires ou irréversibles, sur la santé ou par la mort.


L'addiction aux écrans

Passer du temps devant son écran, que ce soit pour échanger, jouer ou s'informer fait partie de nos habitudes de vie et maîtrisé, il ne représente pas un danger. Il y a certaines règles à mettre en place pour que cela reste un plaisir et non une dépendance et aussi en fonction de l'âge :

  • Appliquez la règle des 3-6-9-12 (imaginée par Serge Tisseron, psychiatre et docteur en psychologie) : pas d'écran avant 3 ans (ceci inclut la télévision), pas de consoles de jeux vidéo avant 6 ans, pas d'accès à Internet avant 9 ans non accompagnés et pas d'utilisation des réseaux sociaux avant 12 ans.
  • Installez l'ordinateur dans un lieu de passage
  • Déterminez un temps de connexion
  • Incitez votre enfant à pratiquer d’autres activités : activités physiques, jeux de société, lecture, etc.

Le jeu ou le temps passé devant un écran devient dangereux lorsqu’il prend le pas sur tout le reste et isole le jeune.


Les symptômes d'addiction
(source : Institut fédératif des addictions comportementales https://www.ifac-addictions.fr) :

  • Un temps important passé à ces pratiques et surtout un temps pris au détriment d'autres activités nécessaires à l'équilibre comme par exemple : les relations sociales, amicales et familiales (ex : Isolement au domicile)
  • une incapacité à réduire son temps de jeu
  • des répercussions sur le travail scolaire ou professionnel
  • des répercussions sur l'équilibre alimentaire ou le sommeil
  • une souffrance psychique attachée à l'utilisation des jeux vidéo : tristesse, anxiété, agressivité

Si vous constatez un de ces problèmes, n'hésitez pas à contacter un professionnel des addictologies.


Les fake news

Internet et les réseaux sociaux sont de formidables relais d’informations mais attention à les vérifier, certaines sont fausses ou déformées et se propagent très vite via les réseaux sociaux, on les appelle des « fake news ». Ce sont parfois des erreurs involontaires, comme l’annonce de la mort d’une personnalité, de la manipulation d’images ou d’informations, des sites parodiques, l’un des plus connus est « Le Gorafi ». Des images peuvent également être fausses, il peut s’agir de montage.

 

Ne partagez pas trop vite une info, une image, vérifiez les sources d’information, pour vous aider, certains outils existent sur le net, en voici un aperçu :

  • https://www.lemonde.fr/verification/  Le journal Le Monde a mis en place un outil, Decodex, pour aider à vérifier les informations qui circulent sur le web, il suffit d’entrer l’url de l’article que vous voulez vérifier
  • http://levraidufaux.info/ est un jeu animé par des professionnels, conçu par le groupe numérique de l’Union Nationale de l’Information Jeunesse, qui a pour but d’apprendre à discerner les vraies infos des fausses qui circulent sur le net.
    Magazine papier ou interactif à destination de tout public, jeunes dès la classe de 4ème et adultes, l’animation d’une durée de 2 heures peut être adaptée au public.
    Il est constitué d’une vingtaine de pages, mêlant articles, photos, publicités et surtout il combine vérité et manipulation, mensonges, détournement.
    Il permet ainsi aux lecteurs de comprendre comment sont construites les informations, qu’elles soient sous forme d’article, d’image, d’apprendre à décrypter et analyser ce qu’ils y lisent, et à se forger leur propre opinion.

 

Pour connaître la source d’une image

  • https://images.google.com/?hl=fr permet une recherche d’image inversée, dans la barre de recherche, tapez soit l’url de l’image, soit importez la photo de votre ordinateur.
  • D’un smartphone, la recherche d’image inversée n’est pas possible, il faut donc se reporter à un site tiers de google : https://www.labnol.org/reverse/ la recherche est alors possible d’un ordinateur et d’un smartphone

 

Le téléchargement

Vous pouvez télécharger certains contenus, musique, vidéos... sous certaines conditions. Veillez à ce qu'ils soient libres de droit sinon vous encourez une amende. Des sites proposent de télécharger légalement des contenus en échange d'un paiement versé aux artistes.

La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) veille à l'application du respect de ces règles et sanctionne les utilisateurs.
Lorsqu'elle décèle des téléchargements illégaux, elle envoie un un mail de recommandation à l'utilisateur en infraction, rappelant les règles à respecter, si dans les 6 mois, la personne récidive, elle reçoit un nouveau mail et un courrier recommandé et si elle recommence dans les 12 mois, une notification des poursuites pénales possibles lui est envoyée.

La sanction va de 1 500 à 300 000 € d'amende et de l'emprisonnement dans les cas de large diffusion de téléchargements illégaux.

 

S’informer

De nombreuses ressources en ligne touchant au monde du numérique sont disponibles et proposent des articles, les bonnes pratiques, des ressources pour les jeunes, les parents et les professionnels de l’éducation :

  • L’Education nationale propose une éducation aux médias et à l’information aux élèves du 1er et 2nd cycles à travers l’organisation de la semaine de la presse et des médias dans l’école, mais aussi tous les jours en intégrant le numérique dans le socle commun de connaissances et de compétences.
    Ils doivent être capable de distinguer les sources d'information, de s'interroger sur la fiabilité d'une information, de se faire leur propre opinion et ainsi développer leur jugement :
    https://eduscol.education.fr/cid72525/education-aux-medias-information.html
  • Association française de protection de l’enfance sur internet, reconnue d’utilité publique agréée par le ministère de l’éducation nationale, E-santé sensibilise les jeunes aux bonnes pratiques du numérique et conseille parents et professionnels de l’éducation : https://www.e-enfance.org/
  • Programme national de sensibilisation des jeunes aux risques et enjeux de l’Internet, inscrit dans le programme Safer Internet de la Commission européenne : http://www.internetsanscrainte.fr/

Liens utiles

Education aux médias par le ministère de l'Education nationale https://eduscol.education.fr/cid72525/education-aux-medias-information.html
Association française de protection de l’enfance sur internet https://www.e-enfance.org/
Programme national de sensibilisation des jeunes aux risques et enjeux de l’Internet http://www.internetsanscrainte.fr/
Site d'information contre le harcèlement, édité par le ministère de l'Education nationale https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr
Plateforme officielle de signalement des contenus illicites sur Internet https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.action
Signal spam, une plateforme de vérification de messagerie https://www.signal-spam.fr/
Campagne d'information sur l'usage des écrans https://lebonusagedesecrans.fr/
Education du public aux écrans et aux outils numériques https://www.3-6-9-12.org/
3018 nouveau numéro national pour les jeunes victimes de violences numériques https://www.e-enfance.org/actualite/3018-nouveau-numero-contre-violence-numerique/