L'Information Jeunesse en Hauts-de-France

Thématiques
  • Organisation des études
  • Métiers
  • Emploi, Job et Stage
  • Formation continue
  • Vie Pratique
  • Loisirs, Sports, Vacances
  • Engagement et initiatives
  • Partir à l'étranger
  • Formations
Sous-Thématiques
  • S'informer - S'orienter
  • Scolarités Spécifiques
  • De la sixième au bac
  • Enseignement professionnel et technologique
  • Enseignement supérieur
Les métiers du marché de l’art

Les métiers du marché de l’art

Même si le marché de l’art se porte bien, il n’est pas facile de s’y faire une place, c’est un milieu assez fermé fonctionnant surtout par réseaux. Expertise, conseil et vente sont les grandes facettes de ces métiers.

Mise à jour le 02/09/2020

Présentation

Les acteurs du marché de l’art doivent savoir tout faire : prospecter, inventorier, estimer, organiser, négocier, communiquer, exporter.

Pour exercer, la passion pour l’art ne suffit malheureusement pas, il est également nécessaire d’avoir de solides connaissances en matière d’histoire de l’art et de droit, un bon carnet d’adresses, la maîtrise des langues étrangères et du flair.
Seule la profession de commissaire-priseur exige une formation spécifique. Pour les autres métiers, aucun diplôme n’est demandé, simplement conseillé (formation universitaire en droit, histoire de l’art…, École du Louvre).

 

Les métiers

Le commissaire-priseur

Il s’occupe de l’expertise des biens, organise la vente et fait monter les enchères. Il existe deux statuts de commissaire-priseur :
• le commissaire-priseur judiciaire est un officier ministériel, seul habilité à s’occuper des ventes judiciaires (liquidation d’une société, saisie, faillite, succession, etc.…) . Voir la fiche « Les métiers du droit » n°2.51
• le commissaire-priseur qui a la charge des ventes volontaires d’objets ou de meubles appartenant à des particuliers, travaille au sein de sociétés commerciales (ventes volontaires) agréées par le Conseil des ventes.
Pour exercer la profession de commissaire-priseur, le candidat doit être titulaire d’un diplôme en droit et d’un diplôme en histoire de l’art ou arts appliqués, archéologie ou arts plastiques (l’un de ces diplômes doit être de niveau bac +3, et l’autre de niveau bac + 2) et réussir l’examen d’accès au stage de commissaire-priseur, et celui du stage proprement dit, finalisé par « le certificat de bon accomplissement du stage » permettant de diriger des ventes volontaires.
Pour les ventes judiciaires et donc pouvoir être nommé commissaire-priseur judiciaire, il faut réussir un examen supplémentaire, dit «d’aptitude judiciaire» qui comporte trois épreuves orales de 30 minutes. www.commissaires-priseurs.com


L’expert d'art

Il estime, authentifie les objets, il travaille pour les commissaires priseurs, les tribunaux, les particuliers... Diplômes en droit + histoire de l’art ; diplôme de l’École du Louvre ; formation spécialisée en histoire de l’art, en négoce ou marché de l’art.


Le galeriste

Il doit avoir du flair, il découvre et expose des artistes. DNA, DNSEP, formation universitaire en droit et histoire de l’art ; diplôme de l’École du Louvre.


Le courtier

Il joue le rôle d’intermédiaire et de négociateur entre les acheteurs à la recherche d’une pièce et les vendeurs. Même formation que les antiquaires ou les experts.


Le bouquiniste / le libraire spécialisé
  • Le bouquiniste

À Paris, ce sont un peu plus de 200 bouquinistes qui travaillent sur les quais de la Seine, ils offrent aux promeneurs et aux passionnés, des kilomètres de lecture !
Infos sur www.paris.fr rubrique «professionnels »
En Province, généralement les bouquinistes travaillent sur les marchés, les vide greniers, les salons, certains détiennent une boutique, d’autres encore vendent sur Internet.

  • Le libraire spécialisé

Comme son nom l’indique, est spécialisé dans les livres rares, anciens ou dans une certaine catégorie comme la bande dessinée ou le policier. Aucune formation spéciale, une bonne culture générale, la recherche, l’expérience.


L’antiquaire brocanteur
  • L’antiquaire acquiert des objets anciens et les revend dans sa boutique d’antiquités. Il peut en certifier l’âge, l’authenticité, les restaurer ou faire appel à un restaurateur d’art. Ce sont généralement des objets de valeur. Aucun diplôme n’est exigé, mais il est préférable d’avoir des connaissances en histoire de l’art et un sens commercial affirmé.
  • Le brocanteur revend toutes sortes d’objets, d’articles d’occasion. Il revend en l’état, sans garantie. Aucune formation spéciale.

 



Les formations en Hauts-de-France

  • Diplôme national d’art (DNA)
  • Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP)
  • Licence art
  • Licence mention histoire parcours histoire et archéologie
  • Master droit du patrimoine parcours droit du patrimoine culturel


Vous pouvez retrouver les organismes préparant ces formations dans nos fiches liées correspondantes ci-dessous.
 

Liens utiles

Ville de Paris - formalités pour devenir bouquiniste https://www.paris.fr/pages/ventes-sur-l-espace-public-3513
Portail de l'Onisep - formations, guides http://www.onisep.fr/