L'Information Jeunesse en Hauts-de-France

Thématiques
  • Organisation des études
  • Métiers
  • Emploi, Job et Stage
  • Formation continue
  • Vie Pratique
  • Loisirs, Sports, Vacances
  • Engagement et initiatives
  • Partir à l'étranger
  • Formations
Sous-Thématiques
  • S'informer - S'orienter
  • Scolarités Spécifiques
  • De la sixième au bac
  • Enseignement professionnel et technologique
  • Enseignement supérieur
Ambulancier

Ambulancier

L’ambulancier n’est pas seulement un conducteur émérite, c’est aussi un professionnel de santé. Outre le transport des malades, il doit pouvoir les rassurer, veiller à leur confort et leur état de santé et en cas de besoins prodiguer les premiers soins.

Mise à jour le 26/02/2021

Présentation


L’ambulancier

Le métier

Il est un maillon important dans la chaîne des soins. Il transporte les malades, les blessés, les personnes handicapées ou âgées vers les centres de soins, au moyen de véhicules spécialement adaptés (ambulances pour le transport allongé, véhicules sanitaires légers (VSL) pour le transport assis). Il est formé à la manipulation des personnes handicapées, au brancardage… Selon la gravité, il doit faire les gestes de premiers secours et fournir les informations nécessaires concernant l’état du malade au personnel soignant…

Il est également responsable de l’entretien de son véhicule et du matériel médical qui s’y trouve.

En parallèle, il effectue des tâches administratives : formalités d’entrée et de sortie des malades à l’hôpital, facturation, encaissement…

L’ambulancier travaille majoritairement dans le secteur privé (entreprises de transport sanitaire), mais aussi dans le secteur public (les hôpitaux), ou associatif (la Croix-Rouge...).
Pour exercer ce métier, le diplôme d‘État d’ambulancier est indispensable, il est délivré après une formation de 18 semaines dans un centre de formation agréé par le Ministère de la Santé.
La rémunération moyenne en début de carrière est de 1 555 €.


La formation

Pour s’inscrire à la formation, aucun diplôme n’est exigé (niveau 3e). Il faut toutefois :

  • être titulaire du permis de conduire B depuis plus de trois ans (2 en cas de conduite accompagnée),
  • fournir l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance délivrée après examen médical,
  • fournir un certificat médical délivré par un médecin agréé par l’ARS (Agence Régionale de Santé) attestant de la non-contre-indications à la profession d’ambulancier et de la mise à jour des vaccinations obligatoires
  • de plus, il faut être titulaire de l’AFGSU 1 (attestation de formation aux gestes et soins d’urgences) niveau 1 ou d’un certificat équivalent reconnu par le ministère chargé de la santé.

Sont admises à la formation les personnes qui ont réussi les épreuves de sélection du centre de formation (une épreuve écrite et une épreuve orale).
La formation conduisant au diplôme d’ambulancier comporte 630 heures d’enseignement théorique et clinique, en institut et en stage.


L’enseignement en institut comprend plusieurs modules :

  • appréciation de l’état clinique du patient
  • prévention et respect des règles d’hygiène
  • techniques de manutention et d’installation
  • communication adaptée au patient
  • sécurité du transport sanitaire

Les stages d’une durée de 5 semaines, sont réalisés dans le secteur sanitaire (établissement de santé, service d’urgence, entreprise de transport sanitaire).
Sont déclarés reçus au diplôme d’ambulancier les candidats qui ont validé l’ensemble des compétences liées à l’exercice du métier.

 

L’auxiliaire ambulancier

Le métier

Lors d’un transport en véhicule sanitaire léger (VSL), il est seul, responsable de l’ensemble de la mission et se doit d’assurer la sécurité de son patient.
Lors d’un transport en ambulance, il est l’équipier de l’ambulancier diplômé d’État. La rémunération moyenne en début de carrière est de 1 555 €.


La formation

L’auxiliaire ambulancier doit suivre une formation obligatoire de 70 h portant sur :

  • l’hygiène
  • la déontologie
  • les gestes de manutention
  • les règles du transport sanitaire
  • et les gestes d’urgence en vue de l’obtention de l’attestation aux gestes et soins d’urgence de niveau 2.

Cette formation est dispensée par les Instituts de Formation d’Ambulanciers (IFA).

Les conditions d’accès à la formation sont les mêmes que celles liées à l’ambulancier.

 

Le brancardier

Le brancardier est un agent des services hospitaliers, il transporte, accompagne et assure la manipulation des patients dans l’enceinte d’un établissement de soins (hôpital, clinique, maternité).
Le métier est accessible sans diplôme, mais l’attestation de formation aux gestes et aux soins d’urgence de niveau 1 (AFGSU1), de même que l’aptitude physique au port des charges sont toutes deux obligatoires. Après recrutement, chaque établissement organise sa propre formation interne. La rémunération moyenne en début de carrière est de 1 555 €.

 

Les formations en Hauts-de-France

Préparation aux concours d'ambulancier
Diplôme d’État d’ambulancier
Formation auxiliaire ambulancier

Vous pouvez retrouver les organismes préparant ces formations dans nos fiches liées correspondantes ci-dessous.

Dispositifs et aides

Dispositifs d’accompagnement

Bourse d’études sanitaires et sociales (BESS) du Conseil régional des Hauts de France

Objectifs :

  • Inciter les jeunes à se former dans les établissements de formation des travailleurs sociaux et de certaines professions de santé des Hauts-de-France agréés et financés par la Région
  • Soutenir financièrement les étudiants qui préparent un diplôme du secteur sanitaire et social.

Bénéficiaires :

  • Les élèves ou étudiants et les demandeurs d’emploi inscrits dans les établissements de formation des travailleurs sociaux et de certaines professions de santé, des Hauts-de-France agréés ou autorisés par la Région.
  • De nationalité française ou ressortissants de l'Union Européenne ou non ressortissants de l'Union européenne, mais en situation régulière en France.

Les formations concernées :
Secteur social
- Diplôme d’Etat :
  • Accompagnant éducatif et social
  • Assistant de service social
  • Conseiller en économie sociale et familiale
  • Éducateur de jeunes enfants
  • Éducateur spécialisé
  • Educateur technique spécialisé
  • Ingénierie sociale
  • Médiateur familial
  • Moniteur éducateur
  • Technicien de l’intervention sociale et familiale

- Certificat d’aptitude aux fonctions :
  • de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale (CAFDES)
  • d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (CAFERUIS)

Secteur sanitaire :
- Diplômes d’Etat :
  • Aide-soignant
  • Ambulancier
  • Auxiliaire de puériculture
  • Ergothérapeute
  • Infirmier
  • Manipulateur d’électroradiologie médicale
  • Masseur-kinésithérapeute
  • Pédicure-podologue
  • Préparateur en pharmacie hospitalière
  • Psychomotricien
  • Sage-femme (maïeuticien)
  • Technicien de laboratoire médical

- Diplôme de Cadre de santé

Le montant de la bourse est attribué sur critères sociaux, il varie entre 1020 € (échelon 0 bis) et 5 612 €/an (échelon 7). Le dossier de demande de bourse et son suivi sont accessibles via la plateforme régionale : https://aidesindividuelles.hautsdefrance.fr
http://guide-aides.hautsdefrance.fr/spip.php?page=aide&id_dispositif=667

Conseil Régional des Hauts-de-France:
151 avenue du président Hoover
59555 - Lille
https://www.hautsdefrance.fr/
Financement des formations sanitaires et sociales de niveau 3 et 4 (CAP, bac) par le Conseil régional des Hauts-de-France
La région Hauts-de-France finance les formations professionnelles sanitaires et sociales (SASO) de niveau V et IV à toute personne cherchant à s’insérer sur le marché du travail.

Bénéficiaires
  • Les jeunes en poursuite d’études (ayant ou non le niveau Bac),
  • Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi (indemnisés ou non / ou ayant un contrat de travail - à condition que le temps de travail et le temps de formation n’excèdent pas 151,67 heures mensuelles),
  • Les élèves «doublants».
Pour bénéficier de la gratuité des formations V et IV, les titulaires d’un bac +2 et plus, doivent respecter un délai d’un an entre l’obtention du dernier diplôme et leur entrée en formation.
Forme
Pour les publics éligibles inscrits dans un institut de formation public ou privé, la Région Hauts-de-France prend en charge la totalité du coût pédagogique de la formation et des frais nécessaires à l’acquisition du diplôme.
Les demandeurs d’emploi sont sensibilisés par les conseillers en évolution professionnelle de Pôle Emploi pour mobiliser leur Compte Personnel de Formation (CPF) dès lors que la formation est éligible à la liste du CPF.

Instruction
Pour pouvoir profiter du dispositif, il convient de se rapprocher de l’institut de formation souhaité.

À savoir :
  • Pour les élèves inscrits dans un institut de formation sanitaire public : la Région Hauts de France finance en totalité le coût pédagogique de ces formations (hors frais d’inscription) des publics éligibles.
  • Pour les élèves inscrits dans un institut de formation sanitaire privé : la Région Hauts de France finance partiellement le coût pédagogique de ces formations (hors frais d’inscription) des publics éligibles ; ces élèves doivent s’acquitter d’un reste à charge pour couvrir la totalité du coût pédagogique.


Les formations sanitaires et sociales concernées :  
  • Technicien de l'intervention sociale et familiale
  • Moniteur éducateur 
  • Accompagnant éducatif et social 
  • Aide-soignant 
  • Auxiliaire de puériculture
  • Ambulancier
 

https://guide-aides.hautsdefrance.fr/spip.php?page=dispositif&id_dispositif=656

Conseil Régional des Hauts-de-France:
151 avenue du président Hoover
59555 - Lille
https://www.hautsdefrance.fr/

Liens utiles

Portail d'accompagnement des professionnels de santé en Hauts de France - étudier, s'installer, excercer http://www.hauts-de-france.paps.sante.fr/index.php?id=41145
Portail de l'Onisep - formations, guides http://www.onisep.fr/