L'Information Jeunesse en Hauts-de-France

Thématiques
  • Organisation des études
  • Métiers
  • Emploi, Job et Stage
  • Formation continue
  • Vie Pratique
  • Loisirs, Sports, Vacances, Culture
  • Engagement et initiatives
  • Partir à l'étranger
  • Formations
Sous-Thématiques
  • S'informer - S'orienter
  • Scolarités Spécifiques
  • De la sixième au bac
  • Enseignement professionnel et technologique
  • Enseignement supérieur
Médecin

Médecin

Malgré des études longues et difficiles, le secteur offre de belles perspectives d’emploi. La France manque en effet de médecins, les étudiants en médecine n’ont donc aucun souci à se faire.

Mise à jour le 02/06/2023

Présentation


Les métiers

  • Le médecin généraliste travaille majoritairement en libéral, intallé en zone rurale, en ville. Il est souvent le médecin traitant de la famille, il est le premier à qui elle s’adresse. Il suit tous les membres, des vaccinations du petit aux examens sanguins des plus vieux. Lorsque des examens complémentaires sont nécessaires, c’est lui qui oriente les patients vers le spécialiste compétent. La rémunération moyenne en début de carrière est de 3 000 €.
  • L’anesthésiste-réanimateur travaille en milieu hospitalier, il endort les patients pour une intervention, par anesthésie locale ou générale.
  • Le cardiologue est le spécialiste des maladies du coeur, essoufflement, troubles du rythme cardiaque... Il établit son diagnostic, prescrit un traitement, il doit se tenir au courant de toutes les nouvelles thérapies et techniques.
  • Le chirurgien exerce au bloc opératoire d’un hôpital ou d’une clinique, il réalise des opérations selon sa spécialité : cardiaque, digestive, urologique...
  • Le dermatologue traite les affections de la peau, l’eczéma, les allergies, les grains de beauté...
  • L’endocrinologue s’occupe des hormones et des glandes, hormones liées à la puberté, la ménopause, la thyroïde (glande au cou), l’hypophyse (glande située à la base du cerveau), glandes surrénales (situées au dessus de chaque rein). Il s’occupe également des disfonctionnements de poids (surpoids, obésité, cholestérol).
  • Le gastro-entérologue est spécialiste de tout le système digestif (reflux gastro-œsophagiens, ulcères, calculs...
  • Le gérontologue traite les problèmes liés à la vieillesse en hôpital ou maison de retraite.
  • Le gynécologue suit les différentes étapes de la vie d’une femme, à travers la contraception, les examens tels que le dépistage du cancer du col de l’utérus, le suivi de la grossesse et les méthodes de fertilité.
  • Le médecin du sport soigne les affections des athlètes dans une fédération ou un club.
  • Le médecin du travail ausculte les salariés, évalue et veille aux conditions de travail.
  • Le médecin légiste exerce pour la justice, il examine des personnes en cas de violences, de viol, d’accident ou pratique des autopsies (c’est environ 30 % de son activité).
  • Le médecin scolaire vérifie l’état de santé des élèves.
  • Le neurologue traite les troubles nerveux et du cerveau, la sclérose en plaques, l’épilepsie, les migraines, les pertes de mémoire.
  • Le nutritionniste est un médecin spécialisé dans les problèmes liés à l’alimentation. Il prévient, dépiste et traite des maladies de la nutrition telles que le surpoids, l’obésité, le diabète...
  • L’ophtalmologiste contrôle la vue, soigne les affections des yeux...
  • L’orl (oto-rhino-laryngologiste) traite les maladies liées au système nez, oreilles, larynx.
  • Le pédiatre suit l’évolution des tout-petit, développement psychomoteur, croissance, en maternité et cabinet médical.
  • Le psychiatre suit les personnes ayant des difficultés psychiques, il propose des thérapies et délivre si nécessaire des psychotropes (anxiolytiques, antidépresseurs, neuroleptiques).
  • Le radiologue décèle des lésions, maladies d’après divers clichés (radio, IRM, scanner, échographie).
  • Le réanimateur médical travaille en hôpital, il intervient rapidement en cas d’urgence mais aussi en cas de maladies chroniques.
  • Le rhumatologue établit un diagnostic et délivre un traitement aux personnes souffrant d’ostéoporose, d’arthrose, de sciatique, mal de dos...



Les études

Un parcours de longue haleine. En effet, il faut compter 9 ans pour devenir généraliste, et de 10 à 11 ans pour prétendre au titre de spécialiste.

Depuis la rentrée 2020, la Paces est suprimée et remplacée par 2 parcours permettant d'intégrer la 2e année des études de santé dans l'une des 5 filières (maïeutique, médecine, odontologie, pharmacie ou kinésithérapie) :

  • la Licence Accès Santé (L.AS) : composée d’une licence majeure (lettres, droit, svt, biologie, etc....) et d’une option "accès santé" (mineure),
  • ou le Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) : composé d’une majeure santé et d’une  option « mineure » d’une autre mention de licence générale.
Ces formations sont accessibles après le bac via la plateforme Parcoursup. Pas de redoublement possible de l'année de PASS ou de L.AS .
A savoir : Il n’y a plus de concours en fin de première année. Le numérus clausus est supprimé et remplacé par le numérus apertus (ce sont dorénavant les universités qui définissent le nombre de places en deuxième année d’études de santé).
 

- 1er cycle (2e et 3e années) :
Ce 1er cycle commence par un stage infirmier d’un mois, suivi d'un stage en milieu hospitalier ou médical de 12 semaines minimum durant ces deux années. À l’issue de la 3e année, les étudiants obtiennent le diplôme de formation générale en sciences médicales (DFGSM) reconnu au niveau licence.

- 2e cycle (4, 5 et 6e années) :  l’externat
Ensuite, vous effectuez un 2ème cycle de 3 années, alternant stages en hôpitaux et fac. Ces 3 années denses permettent d’acquérir une formation médicale complète et de préparer l’internat.
A la fin de la 6e année, l’étudiant décroche le diplôme de formation approfondie en sciences médicales (DFASM) qui sanctionne la 1re partie des études de médecine, reconnu au grade de master.

- 3e cycle : l’internat
A l’issue de cette sixième année d’études médicales, les étudiants devront passer les Épreuves Classantes Nationales (ECN) pour pouvoir intégrer le 3e cycle (à partir de 2023 les ECN vont être réformées).
L’internat dure de 3 à 6 ans selon la spécialité : 3 ans pour les généralistes (à savoir : à  la rentrée 2023, il sera de 4 ans), 4 ans pour les médecins spécialisés et 5 pour les chirurgiens.
À la fin des études, les internes obtiennent un diplôme d’études spécialisées (DES). Après avoir soutenu une thèse, ils ont enfin leur diplôme d’État de médecine.


Agence régionale de santé des Hauts de France

L’ARS propose un portail d'accompagnement aux professionnels de santé et entre autres aux étudiants, leur offrant toutes les clés pour se former, s’installer et exercer en région :

  • Les formations
  • Liste de postes d'internes
  • Les étudiants en 2ème année peuvent toucher une allocation mensuelle ayant pour but de soutenir les territoires où l’offre de soins est insuffisante.
  • Une indemnité de transport est possible pour les étudiants effectuant un stage 
  • Une indemnité d'hébergement peut être octroyée aux internes
  • Les démarches pour s'installer


 

Les formations en Hauts-de-France

  • Licence option accès santé (LAS) ou licence parcours d'accès spécifique santé (PASS)
  • Capacité de médecine
  • Diplôme d’études specialisées (DES)
  • Diplôme d'État de docteur en médecine
  • Diplômes universitaires en santé
  • Dipôme universitaire (DU) dispositifs médicaux implantables


Vous pouvez retrouver les organismes préparant ces formations dans nos fiches liées correspondantes ci-dessous.

Dispositifs et aides

Dispositifs d’accompagnement

PORTAIL D’ACCOMPAGNEMENT DES PROFESSIONNELS DE SANTE (PAPS)
L’ARS dispose sur son site d’un portail d’accompagnement des professionnels de santé (PAPS). Celui-ci propose aux étudiants toutes les clés pour se former, s’installer et exercer en région.

http://www.hauts-de-france.paps.sante.fr

Agence Régionale de Santé Hauts-de-France:
556 avenue Willy Brandt
59777 - Euralille
https://www.hauts-de-france.ars.sante.fr/

Aides

PRIME POUR LES ÉTUDIANTS STAGIAIRES EN MÉDECINE DANS L’AISNE PAR LE CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'AISNE
Elle s'adresse aux étudiants en médecine de 3e cycle (à partir de la 7e année d’études). Ils doivent effectuer leur stage dans une zone déficitaire en offre de soins de l'Aisne, hors secteur hospitalier.
L'aide de 1 000 euros est versée en 2 fois, la 1ère dès la décision du Conseil départemental, la 2nde à la production d'une attestation de stage
La demande se fait en ligne sur https://www.spl-xdemat.fr

https://www.aisne.com/aides/prime-pour-les-etudiants-stagiaires-en-medecine-dans-laisne-plan-sante

Conseil départemental de l’Aisne:
Rue Paul Doumer
02000 - Laon
http://aisne.com
BOURSES POUR LES ETUDIANTS DE LA FILIERE SANTE DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'OISE
Le Conseil départemental en 2024 poursuit son action pour lutter contre la désertification médicale et octroie des bourses aux étudiants en cours de formation. 
Ces bourses concernent les étudiants en avant-dernière et dernière année d’étude dans l’une des spécialités suivantes : 
  • médecine générale
  • odontologie
  • maïeutique
  • orthophonie
  • masso-kinésithérapie 
Le montant de la bourse varie de 800 à 1 200 € par mois. Elle est versée pendant 2 ans pour les étudiants en avant-dernière année et pendant 1 ans pour ceux en dernière année*.


*Source : Conseil départemental de l'Oise

En échange, les étudiants s'engagent à effectuer leurs stages, remplacements et gardes en priorité dans le département et à s'installer dans l'Oise pendant au moins 5 ans, leur diplôme obtenu.
Candidatures du 1er avril au 31 mai 2024.

https://www.oise.fr/actions/sante-social-solidarite/plan-oise-sante/etudiant

Conseil départemental de l’Oise:
1 rue Cambry
60024 - Beauvais
http://www.oise.fr/

Carnet d'adresses

Centre d'Information et d'Orientation - CIO de Péronne
15 avenue Mac Orlan
80200 - Péronne Cedex

Liens utiles

Portail des aides du Conseil régional des Hauts de France http://guide-aides.hautsdefrance.fr/
Portail d'accompagnement des professionnels de santé en Hauts de France - étudier, s'installer, excercer http://www.hauts-de-france.paps.sante.fr/index.php?id=41145